Origine

La race d’Hérens est vraisemblablement le reliquat d’une population bovine qui peuplait à l’origine l’arc alpin des Alpes autrichiennes à la Savoie. Sa morphologie crânienne la place parmi le bétail à crâne large, appelé brachycéphale, caractère qui se retrouve chez les petits bovins du néolithique.

Ses ancêtres étaient présents en Valais vers 3000 av. J.-C. comme l’atteste un fragment de crâne retrouvé dans le site archéologique de Sion Saint Guérin.

Cette race est fortement apparentée aux races autochtones du Val d’Aoste, la Castana et la Pezzatanera. Selon une étude réalisée par Reuse, il est apparu que les groupes sanguins de la race d’Hérens différaient d’une manière remarquable de ceux des autres races suisses.

Par ailleurs, sa ressemblance avec la Tuxer du Zillertal autrichien a conduit les responsables de ces races à procéder en 1925 à des échanges limités de reproducteurs.

La ségrégation des races débute en Valais en 1860. De 1835, date de parution du premier décret de la Diète de la République instituant les concours des reproducteurs mâles, jusqu'en 1859, la notion de race est encore floue et l'on désigne ce bétail comme appartenant aux petites races de montagne. C'est en 1859 que la race d'Evolène, désignée dès 1861 sous le nom de race d'Hérens, est mentionnée pour la première fois dans les listes de concours.

Le standard coloré définitif de la race n'a toutefois été défini qu'en 1885 dans le règlement d'application de la loi cantonale valaisanne sur l'élevage de 1884 comme suit : manteau uni, châtain clair, noir ou rouge, avec raie claire sur l'épine dorsale.


Taureau Hérens, ancien type, primé au concours de Sion en 1892

Ce choix a été dicté à l'époque par la nécessité d'affirmer l'identité de la race d'Hérens par rapport aux autres races suisses, au sortir d'une période d'incertitude zootechnique et d'élevage en croisement. Dès lors, la panachure, qui était l'un des variants colorés de la race, fut éliminée. Comme l'histoire d'une race ne s'interrompt pas, la Fédération a réintroduit en 2002 la panachure dans le standard de la race, à la demande d’éleveurs intéressés.